Musculo-squeletique

Les douleurs lombaires, « mal au dos », sensation de blocage, de raideur ou douleur invalidante représentent l’un des motifs de consultation les plus fréquents en ostéopathie. La lombalgie est le premier motif d’arrêt de travail en France; on considère que les ¾ de la population auront, à un moment donné, des douleurs lombaires. Pour résumer, environ 70% des gens souffriront un jour de lombalgie (et ce chiffre tend à augmenter de part les divers facteurs auxquels nous sommes soumis).

En cas de lombalgie, blocage du bas du dos ou lumbago, et que vous souhaitez consulter un ostéopathe, n’hésitez pas à contacter le 06 40 11 76 60 (Paris 11) ou le 06 52 98 54 23 (Villemomble) pour prendre rendez-vous. En fin de séance, vous aurez gagné en mobilité avec diminution de la douleur, et pourrez reprendre vos activités quotidiennes quasi-normales.

« Mon dos est bloqué et douloureux,
il devient de plus en plus handicapant : que faire ? »

Faire la différence entre une lombalgie et un lumbago

Ces deux pathologies ont tendance à se confondre alors qu’elles ne sont pas tout à fait similaire.

La lombalgie est une souffrance au niveau des vertèbres lombaires, situées au niveau du bas du dos. Elle peut être d’origine très différente, ne touchant pas un public particulier.

Le lumbago est une lombalgie aiguë provoquée par une contracture excessive des muscles du bas du dos et provoquent une raideur de la zone.

Ces douleurs, quelles qu’elles soient, restent invalidantes, qu’importe leur intensité.

Comment ces douleurs apparaissent-elles ? Quelles en sont les causes ?

Les épisodes de blocage du bas du dos apparaissent parfois sans facteur déclencheur précis, lors d’un geste quotidien banal, d’une mauvaise posture prolongée, un mouvement brusque, un long trajet en voiture, un port de charge lourde, … Il s’agit de contractures musculaires du bas du dos, ressenties différemment (douleur diffuse, en barre, un point précis, …), avec une origine diverse. Elle peut être liée à une usure articulaire (arthrose), une atteinte du disque intervertébral (discopathie, hernie discale), des troubles viscéraux (digestifs, gynécologiques, urinaires, …), une posture mal adaptée (travail physique, en poste de bureau, port de charge lourde constant, …) et même le stress. En effet, le stress et l’anxiété sont des facteurs importants de ce blocage et cette douleur: pression importante au travail ou à la maison, soucis personnels, … divers facteurs pouvant provoquer ou accentuer des phénomènes, d’où l’expression « en avoir plein le dos ».

Quels en sont les symptômes ? Comment la douleur est-elle décrite ?

Les patients ont pour habitude d’appeler ce type de douleurs « mal de reins » ou « tour de reins » (même si l’organe rénal n’est pas affecté). La douleur peut être plus ou moins intense, le blocage et l’aspect invalidant peut être plus ou moins important (pour marcher, se redresser, effectuer certains mouvements, s’habiller, mettre ses chaussures, trouver une position de confort, se retourner dans le lit, travailler, …). Le bas du dos présente une raideur. Les contractures musculaires peuvent entraîner parfois une compression du nerf sciatique avec des douleurs irradiant dans les fesses, et/ou les jambes et/ou jusqu’aux pieds (sensation de décharge électrique, de fourmillements, de perte se sensibilité ou de force dans l’un des deux membres inférieurs). Des retentissement viscéraux peuvent être ressentis: digestifs (diarrhée, constipation, …), urinaires (difficulté de se retenir, douleur en urinant) ou gynécologiques (douleurs pelviennes, saignements hors règles, saignements plus abondants pendant les règles, …). Ces troubles s’expliquent par le fait que les nerfs allant innerver les organes émergent de la moelle au niveau des vertèbres (lombaires dans ce cas précis) et leur irritation modifie la transmission des informations nerveuses.

Ne faites pas de lien entre la douleur ressentie et la gravité de votre lombalgie: elles ne sont pas proportionnelles.

Comment agit l’ostéopathe ?

Si vous présentez ce type de douleur, mieux vaut consulter un professionnel  de santé. Celui-ci fera en sorte de trouver les origines de vos maux pour pouvoir la traité le plus efficacement possible. L’ostéopathe n’agira qu’avec ses mains. Il établira un diagnostic d’exclusion pour éliminer toute pathologie qui ne serait pas de son ressort, et cherchera la cause de vos douleurs. L’ensemble des sphères du corps seront investiguées: ostéo-articulaire (la mobilité des vertèbres et du bassin), viscéral (digestive, gynécologique, …), tissulaire et crânien. L’ostéopathe sera ainsi en sorte de libérer tous les blocages.

La douleur peut-elle persister après la séance ?

La douleur peut persister entre 48h et 72h après la séance, les contractures peuvent être plus longues. Il faut permettre au corps de s’auto-gérer suite aux manipulations articulaires, tissulaires et viscérales. Le temps nécessaires pour que les maux s’estompent dépendent de leur origine. Tout perturbation extérieure au patient ne pourra être totalement résolu par l’ostéopathe (par exemple, un stress professionnel ne peut être résolu par les manipulations manuelles de l’ostéopathe).

Si les douleurs persistent sur un long terme ou s’accentuent, une pathologie sous-jacente peut se cacher, nécessitant une prise en charge autre qu’ostéopathique.

Et si autre chose de cachait derrière cette lombalgie ?

Si vous présentez des douleurs irradiantes dans les fesses et/ou jambes et/ou pieds, il s’agit d’une sciatalgie, plus communément appelée une « sciatique », qui correspond à l’irritation du nerf sciatique. Elle peut être due à une atteinte d’un disque intervertébral (discopathie, hernie discale), un phénomène d’usure (arthrose), gynécologique (grossesse, post partum, …).

Si vous présentez de vives douleurs lombaires avec de la fièvre et des signes de cystite, contactez votre médecin traitant au plus vite, il peut s’agir d’une pyélonéphrite, nécessitant une prise en charge médicale d’urgence.

CONSEILS OSTÉO :

Votre alimentation et hygiène de vie rentrent énormément en jeu dans les lombalgies et les crises de lumbago. Pratiquez une activité physique et prendre soin de son alimentation sont des facteurs importants de la bonne préservation de son dos. Sachez que les grands consommateurs de viandes rouges et d’alcool représentent une population plus à risque et sujette aux épisodes aigus. 

Il est également préférable de ne pas rester immobile afin de mieux récupérer, contrairement aux idées reçues. Sauf en cas d’incapacité majeure, il vaut mieux reprendre ses activités quotidiennes et marcher dès que possible.

Si vous portez une ceinture lombaire, faites attention à ne pas l’utiliser sur une durée trop longue car le corps est feignant ! En effet, les muscles du dos commenceront à s’atrophier et ne plus « faire leur travail », ce qui arrive assez vite.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.