Pédiatrie

Les parents ont beau essayer de penser à tout avant l’arrivée du bébé, les pleurs et cris peuvent être malgré tout déconcertants et devenir sources de grandes inquiétudes chez eux. La détresse exprimée par l’enfant est très différente des signes de faim, fatigue, d’un rot, etc., et il est difficile de « déchiffrer » quel peut être l’origine de ces pleurs et hurlements parfois. Il devient alors très compliqué de calmer bébé.

Si vous constatez un comportement différent chez votre enfant et surtout un inconfort du ventre, n’hésitez pas à contacter le 06 52 98 54 23 (Villemomble) ou le 06 40 11 76 60 (Paris) pour  toute prise en charge ostéopathique.

Pleurs, cris, hurlements, ... Que faire ?

Pourquoi bébé souffre-t-il de coliques ?

Les causes de coliques ne sont pas véritablement connues. Plusieurs hypothèses du corps médical considèrent que le système digestif du nouveau né n’est pas mature les premiers mois de sa naissance et il doit donc le développer, ce qui provoque des crises de coliques. Le stress des parents provoqué par les pleurs du bébé, ainsi que l’inquiétude que cela peut susciter peuvent également accentuer (voire provoquer) les crises.

Qui qu’il en soit, la colique à proprement parlé ne constitue pas une urgence vitale, au sens où l’enfant n’est pas en danger et en bonne santé, malgré ses manifestations pour montrer son inconfort au niveau du ventre. Elles disparaissent progressivement (vers l’âge de 3 mois en moyenne).

Comment reconnaître une crise de colique chez le tout petit ?

C’est un phénomène fréquent chez le bébé, apparaissant autour de la 2ème ou 3ème semaine, qui s’estompe vers l’âge de 3 mois et disparaît définitivement à 6 mois.

Les coliques peuvent apparaître sous différentes formes :

  •  Pleurs, cris, hurlements fréquents et « sans raison » ; les crises se répètent
  • Agitations, énervement, crispation, visage rouge ou tout autre signe de détresse
  • Bébé est inconsolable
  • Il cherche à se recroqueviller sur lui-même
  • Trouble du sommeil
  • Emission de gaz plus ou moins important
  • Le ventre peut être ballonné et dur sous les mains

Plusieurs signes qui peuvent faire penser à des épisodes de coliques du nourrisson.

Comment prévenir les crises et éviter les coliques ?

Il n’existe pas de réel traitement pour les coliques du bébé. Plusieurs conseils sont à appliquer pour faire en sorte de soulager le petit, mais rien ne garanti à 100% qu’ils fonctionnent.

N’étant pas une maladie, il est difficile de prévenir totalement les crises. Les coliques se résorbent avec le temps, bien qu’il soit important de les traiter pour éviter toute décompensation pour le bébé comme pour les parents. 

Une digestion difficile des protéines de lait de vache peut souvent provoquer des coliques chez bébé. La grande proportion de lactose peut être difficile à supporter.

C’est un cercle vicieux, mais le stress des parents (comme évoqué plus tôt) se répercutant chez bébé peut augmenter les crises de colique.

Un contact physique avec votre enfant en cas de crise l’apaisera. Bercez le doucement (sur le ventre afin d’avoir un léger appui sur son ventre, ce qui est confortable pour un bébé et le soulage). Lui faire des petits massages sur le ventre ainsi que de placer une petite bouillotte (pas trop chaude, attention !) sur le ventre peuvent lui apporter du confort.

Comment agit l'ostéopathie face à cette "détresse" ?

L’ostéopathe emploiera des techniques très douces, non douloureuses et sans danger. Il cherchera à déterminer les petits blocages installés dans le corps et les zones en souffrance afin d’apaiser le ventre du bébé et permettre une amélioration des coliques. L’ostéopathe regardera, de manière plus générale, l’harmonie globale du corps et du petit pour déterminer l’influence, ou non, d’autres facteurs sur les coliques.

Si vous avez besoin d’informations ou pour toute demande concernant votre enfant, n’hésitez pas demander directement conseil à votre ostéopathe.

Répercussion sur les parents : stress et fatigue au rendez-vous

Chaque crise est source de stress et d’inquiétude chez les parents, qui ne savent pas forcément comment réagir face à cet épisode et se sentent impuissant. L’angoisse s’installe, à chaque crise on pense à la suivante. Comme évoquer précédemment, c’est un cercle vicieux : plus le stress, l’inquiétude et l’angoisse prennent le dessus et plus le bébé est susceptible de ressentir cet état et donc d’augmenter ses crises.

Pour résumer :

Stress des parents → stress du bébé → augmentation des coliques et des pleurs du bébé → stress et inquiétude des parents accentués → crise de coliques de bébé plus intenses → et ainsi de suite

C’est bien connu, le stress est responsable de bien des maux (voir l’article L’ostéopathie face au stress).

Si vous vous sentez bien, les coliques seront affrontées plus sereinement, ce qui apaisera bébé et aidera à atténuer ses crises. Prenez soin de vous, trouvez un exutoire afin de décompresser (loisirs, sport, moment de bien être, médecine complémentaire, …) afin de vous préserver et de préserver votre santé. La santé (de votre enfant comme la votre !) est un bien précieux !

CONSEILS OSTÉO

Des huiles essentielles sont utilisées par certains parents. Elles sont efficaces mais attention à bien les utiliser et les doser !

Toutes ne sont pas applicables à bébé et le dosage est précis ! Demandez conseil à un professionnel adapté.

Des tisanes à base de fenouil, verveine ou camomille peuvent être conseillées, facilitant la digestion.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.